Death Note, ou comment j’ai failli rater ma vie

Un jour, au détour d’une conversation, on m’a innocemment demandé si j’avais déjà vu Death Note. Lorsque j’ai répondu par la négative, j’ai eu l’impression que j’avais tué un chaton. Apparemment, cet animé est un must-see de ces dix dernières années et j’étais vraiment passée à côté. Voici donc un billet so 2006, ou encore « OLD » comme on dit sur l’internet, mais peu importe, j’ai besoin d’en parler.

Déjà, parce que dès les premiers épisodes, j’ai accroché. Tellement accroché que ça ne m’était pas arrivé depuis un petit bout moment. Tellement accroché que j’étais mitigée entre deux sentiments: d’un côté le « waaaaaah putain vas y je dors plus pendant 2 jours et j’enchaîne tous les épisodes, IL FAUT QUE JE SACHE » et de l’autre le « ouais, mais quand j’aurais tout vu, je ne pourrais plus jamais revivre cette sensation… il faut que je fasse durer le suspense ». Du coup, j’ai trouvé un juste milieu et j’ai regardé le tout en 2 semaines, en espaçant plus ou moins les sessions.

Sauf que, une fois que j’ai vu le dernier épisode, ma vie a radicalement changé. MON DIEU. J’étais vraiment passée à côté de ce chef d’œuvre qui fait du bien dans ton cœur et du mal dans ta tête.  Je ne risque pas de spoiler qui que ce soit je pense, vu que j’étais jusqu’à la semaine dernière la seule qui ait vécu dans une grotte lors de sa diffusion, ce pourquoi je vais pouvoir en parler librement.

Dans cet animé, on peut voir qu’il y a deux grosses parties et j’ai quand même largement préféré la première, c’est à dire jusqu’à la mort de L. Aïe c’est encore douloureux. Car sincèrement, c’est quand même le perso qui a le plus de classe. Je pense que si un jour on me demande de me réincarner en personnage d’animé ou de manga (tout comme on pourrait me demander si je préfère avoir des jambes en bois ou des dents en mousse), je le choisi sans réfléchir. J’en ai vu passer pas mal mais rarement qui ont autant de talent de de prestance. J’ai eu également plus de plaisir à regarder la première partie notamment grâce aux incessants « combats » psychologiques qui existent entre Kira et L et qui sont vraiment énormes…

Mais bien évidemment, l’histoire ne tourne pas qu’autour de L.  Les autres personnages sont eux aussi remarquables et particulièrement Yagami Raito (ou Light) qui trouve le fameux carnet au début de l’animé et devient le véritable Kira. Tous les personnages sont attachants, même l’insupportable Misa Misa qui ne fait que se plaindre et faire sa grognasse ! D’ailleurs, aussi bien dans les épisodes que dans le manga (que j’ai pu bouquiner un peu ces derniers jours), on se rend compte que toutes les émotions sont parfaitement bien retranscrites.


Et l’OST ! MON DIEU L’OST ! Une tuerie. Simplement. Sauf le changement du générique qui est ben vomitif et beaucoup trop violent. Mais pour le reste, que du bonheur. Oui, je suis super enthousiaste, je dis que tout est top et que c’est le meilleur animé du monde. J’assume.

On ne va pas polémiquer pendant des heures, vous connaissez déjà tous l’histoire. Quoi qu’il en soit Death Note est pour moi un véritable bijou. J’ai vraiment failli rater ma vie. Par contre, je tuerai pour revivre ce moment de suspense, mais malheureusement, c’est impossible…Voici toutefois de quoi me consoler (merci à Guillaume et Thomas !) :

Je n’ai pas encore écrit de noms dessus, mais faites attention à vous. La première qui me poussera dans le métro y aura droit, je préviens. AH AUSSI, je veux un Shinigami. Et merci à ElChikito pour la découverte.

Et si vous n’avez encore jamais vu Death Note, je vous jure que ça vaut le détour. Parole de scout. Enfin, de WireScout.