Le Galaxy Nexus, le luxe de l’Android

Je dois l’avouer, je n’étais à la base pas spécialement fan des smartphones Samsung, et j’étais même la première à les critiquer. A l’époque, en tant que fangirl Apple, j’avais acheté  l’iPhone 3G nu (le téléphone hein moi j’y suis allée habillée) le jour de sa sortie et quand je repense au prix, ça pique encore. TOUT ce qui pouvait se faire en terme de tactile à cette période n’égalait en aucun cas la marque à la pomme, et surtout pas les appareils Samsung. Mais là, nous sommes en 2012 et le Galaxy Nexus m’a fait revoir mes à priori !

Dès la première prise en main du téléphone, j’ai été bluffée : il m’a fallu à peine quelques secondes pour le paramétrer et le mettre en service. Je suis équipée Apple à la maison et j’ai été utilisatrice iPhone pendant de nombreuses années, et j’avoue que c’est vraiment agréable. Marre de devoir passer obligatoirement par iTunes lors de la première mise en marche de l’appareil… soft qu’il faut d’ailleurs mettre à jour 1 fois sur 4 si tu as encore la chance d’avoir un Mac/PC compatible avec la dernière version… Là, il est possible, si on le désire, de relier directement son compte Google, manipulation qui prend entre 10 sec et 2 minutes selon ses capacités physiques.

Le Galaxy Nexus est esthétiquement sobre et on remarque tout de suite sa finesse. Son écran de 4,65 pouces affichant une résolution équivalente à du HD 720p est très agréable d’utilisation : pour regarder des vidéos, trainer sur le web, bloguer ou encore pour jouer à Draw Something, c’est super confortable. Le téléphone est full tactile et donc ne comporte aucune touche en façade, c’est la nouveauté Android 4 Ice Cream Sandwich (ICS) il parait. Il est équipé d’une touche pour le son sur la gauche et d’une autre pour la mise en veille sur la droite. L’appareil est assez léger (135g), vraiment très fin (8,94 mm d’épaisseur) et sa prise en main se fait très facilement. L’appareil photo de 5 megapixels est lui aussi pas mal du tout et permet de faire des vidéos de bonne qualité (pour un téléphone), même si le son ne suit pas trop lors de concerts violents, comme le montre cette vidéo que j’ai pu prendre au show de Skrillex (attention les oreilles).

Le Galaxy Nexus est bien évidemment équipé de la dernière version d’Android (mise à jour récente en 4.0.4) qui est vraiment top. Le menu est ergonomique : les notifications apparaissent discrètement en haut de l’écran d’accueil et il suffit d’un glissement de doigt de haut en bas pour les consulter. Il est possible de choisir les applications que l’on désire mettre en avant sur ce même écran d’accueil ainsi que quelques widgets. Il est possible de naviguer entre plusieurs pages comme sur les précédents appareils de la même marque. Les applications en cours d’utilisation sont visibles au moyen d’un simple tapotement sur la « touche » en bas à droite de l’écran et il vous suffira d’un glissement de doigt de droite à gauche sur celle de votre choix pour l’éteindre.

Il est à noter également que le Galaxy Nexus dispose de notifications visuelles. En effet, une diode de couleur différente se met à clignoter dès que vous avez une alerte : par exemple en blanc pour les sms, vert pour les mentions Twitter ou encore bleu pour Facebook. C’est peut-être une futilité mais pour ma part, je trouve cela très utile. C’est clairement ce qu’il manque à l’iPhone et qui est pratique sur les Blackberry par exemple. Parmi les options un peu drôles figurent la recherche vocale ou encore le déverrouillage de l’appareil grâce à un simple regard. En effet, si vous ne faites pas confiance aux schémas tactiles et aux codes chiffrés, vous pouvez opter pour la reconnaissance faciale. C’est bien pratique quand vous avez des amis malveillants qui aiment pourrir vos comptes Twitter par exemple (ahem). Seul problème, l’appareil ne vous reconnait pas à tous les coups et il suffit que vous soyez dans une pièce à l’éclairage différent de celui de la photo d’origine et vous serez bitché (il est bien évidemment possible dans ce cas de taper en second choix un schéma ou un code). Cette option peut être aussi dangereuse si vous vous faites voler votre appareil et que votre ravisseur décide, comme dans les films, de vous scalper le visage pour pouvoir accéder à vos menus… mais ça c’est une autre histoire.

Au niveau des points négatifs, j’ai pu noter plusieurs fois que le téléphone disjonctait. A plusieurs reprises, un clic sur une icône m’a emmené dans une application qui m’avait rien à voir. Par exemple, en voulant consulter mes sms et en appuyant sur l’icône prévue à cet effet, j’ai atterri dans mes images ou encore sur YouTube. La solution dans ce cas n’est autre qu’un redémarrage du téléphone, qui n’est pas toujours le bienvenu lorsque l’on est pressé ou que l’on a besoin d’une information rapidement. L’autre souci minime se trouve au niveau du wifi qui a parfois du mal à switcher sur le réseau le plus proches lorsque plusieurs  points d’accès sont disponibles.

Globalement, le Galaxy Nexus m’a vraiment satisfaite et m’a clairement fait changer d’avis sur les téléphones Samsung et plus généralement sur l’OS Android. J’ai vite trouvé mes marques et le tactile est vraiment impressionnant comparé aux appareils de la même marque que je trouvais vomitifs il y a quelques années. Comme quoi il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, je pourrais conseiller le Galaxy Nexus les yeux fermés. Surtout que, comme l’iPhone, lui aussi dispose de son correcteur automatique qui fait des blagues…