Apprendre le japonais : pistes et outils de travail

Cela fait maintenant presque cinq ans que j’ai commencé à apprendre le japonais en autodidacte (dont deux ans à un rythme d’une fois par mois, donc pas vraiment efficacement) et, pour cela, j’ai utilisé différents moyens. Parce que vous êtes plusieurs à m’avoir posé la question, je me suis dit que tout poser ici serait peut-être plus pratique. 

Evidemment, je ne dis pas que ces moyens d’apprentissage sont les meilleurs et que je suis maintenant bilingue mais, ce sont ceux qui m’ont servi ou me servent encore à progresser à l’heure actuelle. Comme vous le savez, chacun à des capacités de mémorisation différentes, ce pourquoi je vous conseille d’adapter votre apprentissage de telle sorte à être le plus efficace possible (captain obvious). Pour ma part, j’ai besoin d’écrire ou de lire les choses que je veux mémoriser, mon oreille seule c’est pas ça du tout… du coup j’utilise énormément de supports « visuels ». Si vous êtes plus du genre à retenir grâce à la voix, privilégiez par exemple les podcasts ou les supports audio / vidéo.

Les points clés de l’apprentissage

Selon moi, le secret de l’apprentissage du japonais (comme la plupart des langues vivantes) réside dans :

  • La fréquence :

    il est indispensable d’y consacrer un peu de temps tous les jours. Même si vous n’avez pas le temps de vous faire une séance de 1h ou 2h quotidiennement, il faut absolument que vous arriviez à libérer quelques minutes par-ci par-là (dans le métro, en attendant le bus, en marchant, aux toilettes, peu importe, il faut que ce soit régulier). Car malheureusement, on apprend aussi vite qu’on oublie (et ça ne s’arrange pas avec l’âge).

  • La persévérance :

    vous aurez à plusieurs reprises envie de laisser tomber et c’est là qu’il faut être fort ! Vous pensez que vous ne vous en sortirez jamais car il y a trois types d’écriture, car vous voyez qu’un seul et même kanji peut vouloir dire tout et son contraire, que vous n’avancez pas autant que vous le souhaitez, sans parler de la  grosse flemme qui vous pousse à vous poser pour glander dans le canapé… Pour vous rebooster, arrêtez de voir cet apprentissage comme une obligation : apprenez à votre rythme, trouver des techniques qui vous permettent d’apprendre en vous amusant pour rester motivé, et surtout ne vous mettez pas de pression. Il est plus efficace d’apprendre un petit peu tous les jours plutôt que vous auto-bombarder d’infos une seule fois par semaine et de ne plus rien faire le reste du temps. Et même si vous ne vous en rendez peut-être pas compte, vous progressez plus que vous ne le pensez.  諦めない!

  • La passion :

    cela rejoint un peu le point précédent dans le sens où, pour rester motivé, il faut rester passionné. Si vous souhaitez apprendre le japonais, il y a de grandes chances pour que vous soyez attiré par la langue mais aussi par la culture japonaise. L’idée est donc de trouver un moyen d’apprentissage qui vous tienne en haleine. J’en connais plus d’un qui ont abandonné au bout de quelques jours, parce que oui, ce n’est pas simple d’apprendre une nouvelle langue quand on est dans la vie active; il faut trouver du temps entre le boulot, les amis et les activités. Mais voilà, lo importante es la pasión.

 

Quelques outils de travail

J’ai utilisé (et je les utilise toujours pour certains) pas mal d’outils divers et variés (applications mobiles, sites web, podcasts, livres etc.). Voici donc une liste non exhaustive qui pourra peut-être vous aider :

  • ANKI :

    c’est pour moi l’un des moyens les plus efficaces (que ce soit pour le japonais ou pour tout autre langue). Il s’agit d’un système de flashcards qui fonctionne vraiment bien pour les gens comme moi, qui veulent se fixer un objectif minimum d’apprentissage quotidien et qui ont  parfois besoin de se buter sur un même mot pendant plusieurs semaines pour que ça rentre. Pour l’utiliser il suffit d’installer le logiciel, se procurer des « decks » de cartes (il faut fouiller ici : decks japonais Anki), de les synchroniser et le tour est joué. J’utilise principalement cet outil pour le vocabulaire et je vous recommande chaudement les decks « Genki 1 & 2 Second Edition » ou la série des « Japanese Core 2000 Step 1 Listening sentence Vocab + image » (+ tous les autres step). Anki est gratuit sur PC/MAC et Android mais payant sur iOS (utilisable sans connexion internet et ça c’est cool). Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le manuel explicatif.

  • Les applications pour apprendre les hiragana / katakana / kanji :

    il y en a à la pelle sur mobile (la plupart sont gratuites). N’hésitez pas à en télécharger une qui vous plait (privilégiez celles qui proposent un système de quizz pour pouvoir tester vos connaissances, histoire de voir où vous en êtes) et profitez-en pour réviser dans le métro. Pour les hiragana et katakana je ne sais plus trop celles que j’avais utilisé à l’époque ni même si elles existent encore mais pour les kanji je me sers de ANKI mais aussi de StickyStudy.

  • Memrise :

    une application disponible sur iOS et Android pour travailler un peu tout. Il existe une version gratuite et une version pro payante. Je ne l’ai pas trop utilisé car au bout d’un moment trop d’app tue l’app, mais ça avait l’air plutôt bien fait.

  • Les livres pour enfant :

    vous en trouverez chez Book Off, sur internet ou sinon dans les 100円 shops lors de vos voyages au Japon. C’est top pour débuter et vous familiariser avec le vocabulaire assez simple et aussi pour vous entrainer à écrire les hiragana / katakana. Il en existe plusieurs sortes donc n’hésitez pas à fouiller. Et si vous voulez une belle déco dans votre appartement, vous pouvez découper certaines pages et les afficher là où vous passez le plus de temps. Pour ma part, j’avais placardé le vocabulaire de la nourriture dans la cuisine, les parties du corps dans la salle de bain, les vêtements dans la chambre et ainsi de suite.

  • IMIWA? :

    application mobile (gratuite sur iOS, utilisable hors ligne) qui sert de dictionnaire et qui peut aussi vous aider pour les kanji. Le dictionnaire permet de faire sa recherche en japonais, français ou anglais et propose même des exemples de phrases. C’est pour moi le meilleur que j’ai pu trouver sur mobile. Il permet aussi d’analyser les kanji, ce qui peut être très pratique quand vous êtes sur place.

  • Jisho.org :

    c’est un dictionnaire en ligne. Toujours à garder sous la main.

  • HelloTalk :

    le meilleur moyen de tester son niveau de japonais et de s’améliorer reste de le pratiquer le plus possible. HelloTalk est une application d’échange linguistique qui permet grossièrement de se faire des correspondants facilement. Le but est simple : vous créez votre profil, vous indiquez les langues que vous maîtrisez ainsi que la langue que vous souhaitez travailler. Il vous sera ensuite possible de discuter avec des japonais natifs qui vous aiderons dans votre apprentissage et inversement. L’app est vraiment bien faite et offre une fonction de correction de phrases, un chat vocal ou écrit, un moyen d’écouter la prononciation des mots etc. Je l’utilise fréquemment depuis plusieurs années et c’est vraiment très cool, je me suis même fait de vrais potes que j’ai rencontré plus tard à Tokyo !

  • Lang 8 :

    il s’agit d’un site communautaire où l’idée est de proposer des textes / phrases dans la langue que l’on apprend afin de le soumettre aux autres membres, qui vous feront parvenir une correction.  Il est aussi évidemment possible de corriger les textes de japonais en français ou en anglais.

  • JapanesePod101.com :

    un podcast que j’écoutais il y a un petit moment. Je ne suis pas très podcast donc je ne m’y connais pas vraiment en la matière mais j’ai trouvé certaines leçons pas mal du tout. Pratique à écouter en marchant mais attention à bien les télécharger en amont si vous désirez y accéder dans le métro.

  • Le japonais en douceur :

    je le mets là car c’est l’un des premiers trucs que j’ai utilisé il y a un petit moment. C’est assez simple, rapide, et ça donne quelques bases. Ils ont aussi une app qui permet d’écouter les dialogues.

  • YouTube :

    A l’époque où j’allais courir à la salle de sport (en 1883 si je me souviens bien), j’en profitais pour regarder des vidéos de cours sur YouTube histoire de penser à autre chose que le fait que courir dans une salle était bien chiant. Voici donc quelques chaînes : Japan Society NYC, Waku Waku (de Japan Society aussi), Nihongo no mori (en anglais, assez drôle). Il est aussi possible de regarder les infos en direct sur la chaîne ANNnews.

  • Livres :

    le premier livre que j’ai acheté il y a quelques années était « 40 leçons pour parler japonais« . Il m’a permis d’apprendre les bases, mais aussi les hiragana et katakana progressivement. Je l’ai trouvé plutôt pas mal pour une première approche : chaque leçon comporte du vocabulaire, des exercices d’applications, de la grammaire etc. Je suis ensuite passée à la série des Marugoto (suite aux cours particuliers que j’ai suivi) et qui sont aussi pas trop mal (le petit plus est le site internet qui propose également des compléments de cours mais aussi un système de challenge drama pour vous entrainer). Je ne pourrais malheureusement pas comparer avec les Minna no nihongo que je n’ai jamais utilisé mais que beaucoup d’écoles se servent apparemment.

  • Regarder des films, animés, drama, émissions TV en vost :

    c’est un peu le côté détente de l’apprentissage. Car sans avoir vraiment l’impression de bosser, on travaille l’oreille. Alors au début vous allez ouvrir une bouteille de champagne parce que vous avez compris un mot, mais ensuite  vous en capterez de plus en plus. L’idée est, si vous avez le temps, de vous refaire des séries déjà vues mais sans les sous titres, avec votre petit carnet et votre dictionnaire. Vu que vous connaitrez déjà l’histoire, le but sera d’essayer de repérer le plus de vocabulaire possible mais aussi de découvrir de nouveaux mots et expressions. Je trouve quand même que les dialogues de drama et de films sont plus efficaces que les dialogues d’animés pour la compréhension orale.

Au niveau des écoles je ne pourrais pas vous donner mon avis car je n’en ai fait aucune. Les seuls cours de japonais que j’ai pu prendre étaient avec un professeur particulier, en passant par l’organisme Quartier Japon. Je devais faire un stage intensif cet été chez AAA mais ils ont annulé la session 3 jours avant le début, à cause de personnes qui se désinscrivent…. je me retrouve donc à chercher un nouveau stage pour le mois d’août, je vous tiendrai au courant si j’en trouve un bien.

Encore une fois, ces supports d’apprentissage sont ceux que j’ai personnellement utilisé et j’imagine qu’il en existe plein d’autres. Si vous avez d’autres techniques / tips n’hésitez pas à l’indiquer en commentaire, qu’on puisse s’aider les uns les autres !