Un jour, un collant …

Dans la série vis ma vie de fille, j’ai envie aujourd’hui de faire un billet sur un sujet qui me tient à cœur : le problème de collants ! Parce qu’il faut dire qu’entre 5 et 10 euros la paire de collants, ça fout un peu les boules quand on voit qu’ils ne résistent à peine qu’une ou deux journées. Car oui, c’est bien beau le printemps, les robes tout ça, mais le budget collant c’est tout de suite moins drôle. Non pas que je me traine par terre ou que je me frotte à des hérissons, mais depuis quelques semaines, je tourne à un collant par jour, soit à environ 40 euros par semaine, ou encore plus de 150 euros par mois. Une petite somme que j’aurais préféré dépenser autrement…

Pourtant c’est pas faute d’avoir essayé ! Après avoir commencé par des bas de gamme en me disant « pfff un collant, c’est un collant, ils vont pas m’avoir avec leur beau packaging ! », j’ai tout de suite compris qu’il fallait investir un peu plus pour pouvoir tenir une journée complète. Je suis donc passée aux DIM, en me disant que c’était une valeur sûre. Et là, désillusion ! Les collants sont certes plus résistants, mais quand ils filent, c’est pas pour de faux. Un mouvement trop brusque, une course dans le métro, une vieille qui vous ripe avec sa baguette de pain et c’est foutu ! Et quelle sensation désagréable de sentir le « filage » en direct, qui grossit à vue d’oeil en quelques secondes… Je commence par me dire que pour porter des collants, il faut peut-être ne pas bouger de la journée… travailler à domicile, prendre un taxi, mais surtout jamais, oh grand jamais, faire une activité qui dépasserait les limites de mouvements autorisées.

Et c’est là que vous allez me dire qu’il existe des collants qui ne se filent pas ! Et bien figurez-vous que j’ai aussi testé ça, je me suis dit que c’était le dernier recours. Je suis donc allée chez Monop, désespérée, et je me suis procuré le fameux « zéro maille filée » Absolut Resist de DIM. Sur le présentoir, le collant de démo était déjà mort… mais, je me suis dit que c’était un petit malin qui avait certainement du y mettre tout son coeur pour prouver que ça se filait quand même, et je l’ai acheté. Prix : 7 euros. Durée de vie : 2 heures.

Après avoir enfilé la fameuse paire de collants en kevlar, qui dès les premières secondes épouse la forme de votre peau, on en vient à se demander si ce n’est pas un collant permanent. On est bien dedans, la sensation est agréable mais là n’est pas la question. Est-il résistant ? Et bien non ! En revanche, il faut savoir que DIM s’engage à rembourser la paire de collant si elle file, avec envoi de ticket de caisse, la preuve etc etc. Sauf que le problème est que le mien n’a pas filé… mais il a craqué. Après seulement 2 heures, je me suis retrouvée avec un trou en plein milieu du genou sans savoir pourquoi… un peu comme une élève de CP qui serait tombée dans la cour de récré…la loose.

Après de multiples essais, je n’ai toujours pas trouvé la perle rare et je m’engage à tester tous les collants qui puissent exister afin de pouvoir trouver LE bon, LE seul et l’unique qui pourra me durer quelques jours. Si vous avez des suggestions, des retours d’expériences, je suis toute ouïe ! La suite dans le prochain épisode de vis ma vie de fille qui craque ses collants.