Beyond Two Souls : ceci n’est pas un jeu vidéo

bytsVoila déjà trois ans que David Cage et son équipe de Quantic Dream ont sorti leur aventure cinématographique interactive qu’est Heavy Rain sur PS3. Cette fois-ci, ils ont remis le couvert avec Beyond Two Souls, un thriller psychologique qui mêle film et (apparemment) jeu vidéo.

L’histoire de Jodie la pleurnicheuse

Dans Beyond Two Souls, le joueur incarne Jodie Holmes, une jeune fille un peu à part, qui se veut liée à une sorte d’entité mystérieuse (Aiden) et que l’on voit évoluer à travers différents âges (enfance, adolescence ou encore adulte). Durant les premières minutes de jeu, on ne sait pas trop si Aiden est une sorte de fantôme démoniaque ou d’ange gardien pour Jodie, mais on comprend rapidement que l’un ne va pas sans l’autre. Les deux personnages interagissent constamment et Aiden est une aide plus que précieuse pour permettre à la jeune fille d’avancer. Par exemple, cette étrange entité à la capacité de stalker ce qui se passe dans les autres pièces sans se faire remarquer puisqu’elle passe à travers les murs (enfin quand c’est du placo sinon ça ne marche pas) ou encore les portes. Elle peut également prendre possession de certains humains pour faire le ménage autour de Jodie, les supprimer directement en les étranglant ou encore appuyer sur des interrupteurs pour ouvrir les passages verrouillés.

beyond-two-souls-playstation-3-ps3-1381242948-168

Enfin, ce ne sont que les bons côtés. Parce qu’en vrai Aiden n’est pas toujours très sympa avec elle puisqu’il fait un peu sa vie et est un peu égoïste. C’est d’ailleurs pourquoi Jodie fait la gueule pendant une bonne partie du jeu, râlant sans cesse de ne pas être une petite fille comme les autres, de ne pas avoir d’amoureux et de ne pas pouvoir boire des bières avec ses copines alors qu’elle n’a que 14 ans. BORDEL. On rêve tous d’avoir un Aiden pour dominer le monde, faut arrêter 5 minutes les caprices. [Attention : mini spoile pas important] Bref, parce qu’elle n’assume pas et parce qu’elle à failli tuer un gamin pendant une bataille de boules de neige, ses « parents » décident de l’abandonner lâchement et de la laisser entre les mains d’un scientifique du gouvernement, Nathan Dawkins, qui a pour mission d’analyser les pouvoirs de la petite.

Comme vous avez déjà du l’entendre partout, la promo du film jeu tournant majoritairement autour de cela, Quantic Dream a utilisé le système de Performance Capture pour réaliser Beyond Two Souls. Vulgairement, ce procédé permet à la fois de capter les mouvements, les expressions faciales et les dialogues de vraies personnes afin de les retranscrire virtuellement. Ici, ce sont les célèbres acteurs Ellen Page et Willem Dafoe qui ont incarné Jodie et Nathan.

beyond-two-souls-playstation-3-ps3-1362153563-039

Le Gameplay

Non je rigole.

Le Filmplay

J’avoue que j’ai mis du temps à insérer le CD dans la console. Tout d’abord parce que ce genre d’expérience cinématographique interactive ne m’intéresse que très peu, mais aussi parce que je redoutais l’ennui. Je n’ai pas beaucoup aimé Heavy Rain, et, avant que je commence Beyond Two Souls, on m’avait dit « ah mais non, si t’as pas aimé Heavy Rain, ça sert à rien, ne le fais pas ». Sauf que, pour ne pas mourir bête, il fallait tout de même tenter.

gsc

Première chose qui m’a interpellé, contrairement à ce qu’on veut nous faire avaler, le jeu est vraiment très dirigiste: on a ici un système de faux choix et quoi que l’on fasse, l’histoire n’est que très peu influencée par ceux-ci. On nous ment ! Et même si je n’ai pas aimé Heavy Rain, il suffit que tu sois un peu impliqué dans l’histoire pour que chaque choix à faire soit une véritable épreuve. Ici non, d’ailleurs il est même possible de passer plusieurs longues minutes de jeu sans avoir a cliquer sur la manette, les choix se font par eux-mêmes au bout de quelques secondes (d’ailleurs des fois c’est pratique, tu gagnes du temps sur les missions si tu ne cliques pas. Puis il n’y a aucun risque étant donné qu’il n’y a pas de game over #tips).

C’était la dernière séance

Je veux bien comprendre qu’il existe un public pour ce genre de pseudo film interactif, mais pour ma part je n’accroche pas du tout. J’ai l’impression de ne pas du tout m’immerger dans l’histoire et, au final, j’aurais largement préféré voir le film, plutôt que de le « jouer », surtout que sur le papier, le scénario aurait pu être très cool. Pour vous faire une idée, vous souvenez de ce moment ultra chiant dans Heavy Rain, où le père crie « Jason » sans cesse pendant 4h dans le centre commercial ? Bah dites-vous que ce passage à lui seul contient plus d’action et de suspense que dans tout Beyond Two Souls.

Des séquences d’action et d’exploration spectaculaires, des acteurs de renom, une histoire paranormale traitant de liens psychiques et de destins liés, Beyond Two Souls aurait pu faire un bon film. D’autant plus que la bande son est de qualité puisque David Cage a fait appel à Hans Zimmer et Lorne Balfe. Sauf que non. Pour moi, ce n’est pas un jeu et je me suis radicalement ennuyée.