Souvenirs : Super Mario Land 2

Ah, la Game Boy, souvenir de mon enfance ! Ce gros pavé gris de 20kg (dont 15kg de piles) que je trimballais partout à l’époque et qui maintenant est passée au statut de vestige… Si je devais choisir un seul et unique jeu sur cette console, ce serait sans hésitation  Super Mario Land 2 car il est certainement celui qui m’a le plus marqué pour bien des raisons. Sorti en 1992, c’est du haut de mes 7 ans, que j’ai pu découvrir ce jeu sur lequel j’ose à peine me remémorer le nombre d’heures passées. Quelle joie de pouvoir retrouver Mario qui m’avait fait tant de misères plus jeune sur la NES (vous trouverez quelques explications ici sur mon expérience Mario !), et en plus en version portable.

Si vous n’y avez jamais joué, cette publicité qui avait envahit nos écrans va peut-être vous rafraîchir la mémoire :

Je me souviens parfaitement de tous les niveaux : entre les passages dans l’eau, celui avec les Légo (qui reste certainement l’un de mes préféré), les fourmis géantes, les cochons, le niveau sur la lune en cosmonaute, les fantômes qui s’arrêtaient de bouger au moindre regard, etc. tous aussi dépaysants et variés les uns que les autres. Si vous ne vous rappelez pas du topo, Wario ayant pris la place de Mario dans la château, le but était donc de récupérer les 6 pièces d’or afin de pouvoir s’y rendre et l’affronter. Chaque pièce d’or s’obtenait en battant le boss de chaque monde. Je pense que ceux qui m’ont le plus marqués étaient les trois cochons… avec leurs roulades, leurs bonds, j’avais eu quelques difficultés à l’époque.

Je suis très sensible à l’univers et aux musiques présentes dans un jeu et, tout comme celles du Roi Lion m’avaient marquées, celles de SML2 étaient grandement mémorables. Entre celle du début du jeu ou encore celles de chaque niveaux, elles restent à jamais gravées dans ma mémoire et je sais que si j’allume le jeu maintenant, je serais comme une enfant, avec plein d’étoiles dans les yeux, dès les premiers sons.

Au niveau des bonus, il y avait le champignon, la fleur ou l’étoile, qui sont quelque part les bonus de base que l’on peut trouver dans chaque Mario. En revanche, dans cet opus, il y avait également la fameuse carotte qui équipait notre moustachu préféré d’oreilles de lapin permettant de planer et de gagner en hauteur lors des sauts.

Le fait de pouvoir remporter des bonus en sonnant la cloche à la fin de chaque niveau était aussi un moment de plaisir car il fallait, à la manière d’un attrape-nigauds dans les fêtes foraines, appuyer au bon moment devant les icônes qui défilaient et croiser les doigts pour piocher le bon ! Ce n’était pas toujours évident et si vous piochiez un bonus inférieur à celui que vous possédiez déjà, il était immédiatement remplacé… Il était également possible d’en obtenir en misant les pièces récoltées sur les différents niveaux dans des jeux de hasard.

Au niveau des graphismes, je pense que SML2 exploite toutes les capacités de cette chère Game Boy. Et pour y avoir rejoué récemment, je peux dire que j’ai même été bluffée de voir que le plaisir reste le même aussi bien au niveau visuel que dans le gameplay. Ce titre restera vraiment pour moi une expérience à part entière et voire même le Mario que je préfère (avec celui de la NES). D’ailleurs, vu qu’il est 6h du matin et que je n’arrive plus à fermer les yeux, je m’en vais de ce pas essayer de mettre la main sur des LR6 (si ça existe encore…), souffler dans la cartouche et me refaire le jeu en deux temps trois mouvements !