Test : Super Street Fighter IV 3D Edition (3DS)

Cela fait maintenant une petite semaine que j’ai entre les mains la 3DS et que je m’acharne sur un seul jeu : Super Street Fighter IV 3D Edition. Alors que j’étais habituée à jouer au titre sur bornes arcades ou sur consoles de salon, j’avais hâte de voir ce portage sur la portable de Nintendo et autant dire que ce fût plutôt une bonne surprise. 

Au même titre que sur PS3 ou encore Xbox 360, la version portable dispose de plusieurs modes : Arcade, Versus, Partie internet, Défis ou encore Entraînement. Ce à quoi viennent s’y ajouter deux supplémentaires, spécifiques à la 3DS. Tout d’abord nous avons le « Versus 3D » qui propose quelque chose de similaire à un combat « Versus » normal, sauf que, comme l’intitulé l’indique, tout se passe en vue dynamique en 3D. La vue de profil est cette fois remplacée par une vue à la 3ème personne, mais de 3/4, ce qui modifie considérablement les acquis que l’on peut avoir sur les modes habituels. Ici on bouscule les distances entre les personnages et il faut au minimum 3 ou 4 parties pour prendre ses repères. L’utilisation de la 3D dans ce mode de jeu est agréablement surprenante et renforce la sensation d’immersion.

Il existe également un deuxième « mode » spécifique à la 3DS baptisé « Figurines » qui exploite entre autre le mode Streetpass de la console et vous permet d’affronter en différé les personnes que vous avez croisé un peu partout. Pour ce faire, il vous faudra former votre équipe de 5 figurines afin de pouvoir affronter vos adversaires. Celles-ci s’obtiennent grâce à des points FP obtenus lors de combats, vous permettant d’accéder à une roulette qui elle distribue au hasard des Ryu, Ken et autre Chun-Li miniatures. Toutes ces figurines sont déclinées sous différents niveau allant de 1 à 7 pour les plus élevés. Toutefois, inutile de vous dire que vous aurez une équipe béton en sélectionnant uniquement des niveaux 7 puisqu’un ratio maximum de 20 est autorisé. Il vous faudra alors procéder à quelques petits calculs et être malin afin de former la meilleure team possible. Il est également bon de savoir qu’il est possible d’échanger ces figurines avec d’autres joueurs en se connectant en local, ce qui n’est pas négligeable.

Le mode en ligne est également un point positif de ce titre puisque le jeu nous offre la possibilité de choisir de jouer avec ses amis ou des joueurs « lambda » en versus normal ou versus 3D. En quelques minutes vous pouvez accéder à des parties rapides ou personnalisées. Malgré le fait que je connaisse de sérieux problèmes de connexion depuis chez moi, le peu de parties que j’ai réussi à rejoindre étaient fluides et je n’ai subi aucun lag. Toutefois, il semblerait que je ne sois pas la seule à connaître des soucis avec mon modem et le fait de pouvoir jouer online… le code d’erreur 006-0612 est apparemment chose commune à plusieurs utilisateurs. Selon certains forums, la solution serait d’entrer l’IP de la console dans le DMZ du routeur afin qu’elle puisse se connecter correctement. Personnellement je n’ai pas testé donc si vous en savez plus que moi sur le sujet je suis preneuse !

Au niveau du mode arcade, rien de bien nouveau, on retrouve du Street Fighter classique. Seule chose qui change par rapport à la console :il est possible de réaliser certains coups non seulement avec le pad/joystick et les touches A, B, Y et X mais aussi au moyen de l’écran du bas en « cliquant » dessus lorsqu’ils sont en surbrillance. C’est surtout pratique pour ceux qui ne sont pas spécialement doués (comme moi par exemple)  et qui choisissent la solution de facilité. Après quelques jours de jeu j’ai quand même réussi à passer d’un niveau facile à maître (je vous laisse imaginer le nombre d’heures de jeu…) sauf que là je suis bloquée au dernier stage, face à un Seth plus insupportable que jamais. Ce satané bot me fait toujours le même coup et après d’innombrables essais, je n’ai toujours pas réussi à lui faire la peau… mais je ne perds pas espoir. C’est vraiment le perso le plus cheaté du jeu, c’est dingue…

Même si certains jugent la position des touches de la 3DS mal adaptée pour un jeu comme SSFIV, étant donné que je joue habituellement au stick et non au pad, cela ne m’a pas spécialement dérangé. Mis à part les bords du bas un peu coupants de la 3DS qui gênent clairement lors de combats acharnés,  j’ai réussi à prendre mes marques assez rapidement et facilement sur cette portable pour un jeu comme celui-ci…

En résumé, je pense que Capcom a vraiment bien joué son coup avec cet opus spécialement conçu pour la 3DS et c’est à mon goût, pour le moment, l’un des seuls jeux qui en vaille vraiment la peine. Merci encore à Praska qui m’a permis de pouvoir streetpasser à tout va ces quelques jours et de pouvoir tester ce SSFIV !