Souvenirs : Pif Gadget, meilleur magazine du monde

« Je vous parle d’un temps, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… », le temps des fameux magazines Pif Gadget qui ont plus que bercé mon enfance. Bien évidemment, je ne vais pas vous en faire une rétrospective parce qu’après tout, tout le monde s’en fout, mais aussi parce que Wikipédia est là pour ça. Je voulais simplement refaire un bref retour dans le passé et vous remémorer quelques souvenirs que vous avez peut-être enfoui au fond de votre mémoire.

Je ne me souviens pas vraiment à quel âge j’ai pu lire ce magazine, je dirais une dizaine d’années avec, comme au Juste Prix, une marge d’erreur de 3 ans. Tout ce que je sais, c’est que c’est certainement l’un des meilleurs que j’ai pu avoir ! Entre les bandes dessinées, les histoires de Pif et Hercule et surtout, oh grand surtout (nouvelle expression) les gadgets, c’était que du bonheur !

Entre la montre piège qui jette de l’eau à tes potes, le transfert à coller sur ton tee avec ton fer à repasser, le lance spaghettis ou encore les pois sauteurs, il faut avouer qu’on était plutôt gâtés. Sans oublier la machine pour faire des œufs carrés ! Je ne sais pas pourquoi mais ce gadget m’a marqué. Un simple bout de plastique à construire soi-même mais qui était juste génial, parce que tout le monde le sait, quand t’es gosse, les œufs c’est bien meilleur quand c’est carré.

D’ailleurs, je vois que ça a marqué Ufunk aussi, qui en parle ici et à qui du coup j’ai pu chopper cette illustration (merci !) :

Pour les inconditionnels de ce magazine, vous avez certainement eu droit au fameux sapin à planter. Pour ma part, je ne me souviens pas l’avoir eu et quand bien même, si c’était le cas, il m’aurait été difficile de le planter sur mon balcon à l’époque. Ça prend pas dans le béton il paraît. Pour les autres, si vous avez suivi les consignes du chat futé, votre conifère doit toujours être en vie et doit être super fat. D’ailleurs, si vous ne le savez pas encore, il y a un blog qui regroupe tous les gens comme vous par ici.

Enfin voilà, un billet inutile de plus, mais peut-être que vous aviez oublié ce magazine fabuleux et ça, je ne vous le permets pas !