Retour sur le showcase de Wax Tailor à la Gaité Lyrique

Étant donné mon goût prononcé pour la musique, lorsque l’on me propose de me rendre à un concert, je dis rarement non… sauf bien sûr s’il s’agit de Booba ou un quelconque autre truand de la galère. C’est donc grâce à ElChikito que je me suis donc rendue vendredi soir dernier au showcase de Wax Tailor à la Gaité Lyrique, afin de découvrir l’artiste en live mais aussi ce fameux lieu à la mode dont tout le monde parle en ce moment.

Alors que j’étais un peu en avance pour le rendez-vous, j’en ai profité pour aller faire un tour au magasin « Amusement » qui se situe juste à côté de la Gaité Lyrique. Si vous êtes parisiens et que vous aimez les objets un peu geek/gamer, il faut vraiment que vous alliez y faire un tour. Des gadgets inutiles, des casques audio de malade, de la déco qui va bien, vous trouverez certainement votre bonheur. Personnellement j’aurais bien aimé jeter mon dévolu et ma carte bancaire sur un casque à 600 euros, mais je crois que mon banquier ne serait pas trop d’accord. Je suis donc repartie les mains vides mais je compte bien y retourner pour y faire quelques emplettes d’ici peu.

En ce qui concerne le showcase, celui-ci était organisé par Philips à l’occasion du lancement de la gamme Fidelio et était retransmis en direct live sur la page Facebook de la marque. Je dois dire que sur le papier, un concert à la Gaité Lyrique, c’est carrément motivant. Quant à Wax Tailor, je ne connaissais que peu l’artiste et ça m’enchantais encore plus de savoir que mes oreilles allaient découvrir de nouveaux sons autre que « Que Sera ».

Pour ceux qui ne sont jamais allés à la Gaité Lyrique, nouveau lieu culturel numérique de la capitale, je vous conseille d’y jeter un œil. J’ai été agréablement surprise par la superficie de l’endroit qui pour le coup disposait de toutes les clés pour pouvoir assurer un concert de qualité. SAUF QUE… Je ne remets pas en cause la qualité de la prestation de Wax Tailor qui était plutôt réussie, contrairement à la qualité de l’ambiance. Le public était plus que passif, seules les trois premières rangées bougeaient un peu la tête et on sentait que la motivation n’était pas à son comble. Je ne dis pas que j’étais en train de faire un ola et de me rouler par terre d’euphorie, mais je ne comprends pas que l’on puisse se rendre à un concert et rester complètement stoïque face à la musique… D’ailleurs il parait que ça chambrait sec sur Facebook… comme quoi le public parisien était vraiment ridicule.

Bien que la salle soit plutôt bien agencée, j’ai été très déçue par la qualité du son qui d’ailleurs était un peu trop faible à mon goût. Alors que je ne pense pas avoir d’oreilles bioniques, en plein concert il m’était possible de distinguer toutes les conversations de la plupart des gens du public et il fallait chuchoter à l’oreille de l’autre pour être sûr de ne pas être entendu. C’est peut-être aussi pour cette raison que la foule n’a pas été ambiancée. Je me sentais un peu trop extérieure à l’atmosphère qui régnait, ce qui est bien dommage car les productions de Wax Tailor ne sont vraiment pas mauvaises. Le fait qu’il soit accompagné d’une chanteuse, d’un violoncelliste, un saxophoniste ou encore un flûtiste donne un certain charme aux sonorités électro hip hop qu’ils nous livre. Pour ma part, j’ai été bluffée par les dessins et autres animations qui défilaient sur écran géant derrière la scène et j’ai parfois eu des moments d’absence, complètement immergée par leur qualité et leur originalité. J’ai également préféré les parties un peu plus rythmées du concert qui ont su me faire un peu vibrer malgré la « foule en délire » !

Finalement, j’ai trouvé ce concert bien sympathique et je remercie une fois de plus l‘homme masqué qui m’a permis d’y assister. En attendant, le prochain album de l’artiste est annoncé pour 2012, si la fin du monde n’a pas lieu. Et pour finir, voici le clip de « Positively Inclined » en cadeau !