Diner à l’Acajou, le restaurant de Jean Imbert de Top Chef

CaptusreIl y a quelques semaines, je me suis rendue à l’Acajou, le fameux restaurant parisien à la mode depuis la fin de la saison 3 de Top Chef. En effet, avec le gagnant Jean Imbert à sa tête, il était difficile de passer à côté en tant que grande amatrice de bonne cuisine. Enfin, ça je n’en savais rien avant de m’y rendre, je ne me basais uniquement sur ma confiance envers le jury de l’émission ! Et parce que c’était pour fêter un anniversaire, il ne fallait pas lésiner sur les moyens.

A première vue, et quand il fait encore jour dehors, la façade extérieure du restaurant ne paye pas de mine. On est tout de même dans le 16ème arrondissement de Paris et je m’attendais à un truc un peu plus « appâte-riches ». Une fois à l’intérieur, la déco est très minimaliste, sobre mais classieuse. Le lieu est assez sombre et seuls quelques petites lampes produisent de la lumière. On y trouve une énorme table d’hôte au milieu de la salle avec environ une vingtaine de couverts, puis quelques petites tables de deux personnes sur une extrémité ainsi que la possibilité de manger au comptoir. Une seconde salle se trouve un peu plus en retrait pour plus d’intimité et étant donné que de ce côté les murs sont blancs, il y a beaucoup plus de luminosité pour ceux qui préfèrent voir ce qu’ils ont dans leur assiette.

photo 1

Une fois installés sur une petite table, la serveuse nous a donné le choix parmi quelques vins pour l’apéritif et nous avons opté pour un vin blanc sec dont j’ai oublié le nom (très utile de vous le préciser d’ailleurs). On trouve déjà sur la table une baguette de pain tri-goût de Monsieur Eric Kayser ainsi qu’un morceau de beurre au piment d’Espelette. La serveuse nous a ensuite apporté un mini burger végétarien faisant office de mise en bouche, qui pour le coup était très bon même s’il y avait beaucoup plus de pain que de garniture.

photo 2

photo 3

Je ne sais pas comment se passe le service du midi mais il faut savoir que le soir, il est uniquement possible d’opter pour le menu à 70€. Celui-ci se compose de trois plats à choisir parmi une sélection de 6 ou 7 (selon mes souvenirs), et de deux desserts imposés. Pas de vin, mais vous avez tout de même droit à de l’eau en carafe.

Concernant les trois plats, mon choix a été rapidement fait grâce à des mots clés.  Voici donc les élus (approximativement) :
– Tomates de Bretagne, mousse de mozzarella et gaspacho
– Salade de tourteau et légumes du jardin
– Velouté de potiron, girolles & figues

Les photos ne sont pas de très bonne qualité étant donné que l’objectif de mon iPhone 4 est en train de mourir, mais ça peut vous donner une petite idée de ce à quoi ça peut ressembler (dans l’ordre) :

photo 4

photo 1

photo 2

Vraiment, c’était très bon. Mention spéciale pour l’association potiron, girolles et figues qui était parfait. Je n’avais jamais goûté l’alliance de ces trois saveurs et c’était vraiment succulent. Le tourteau était également très bon et le combo gaspacho / mousse de mozza très frais.

Après avoir refusé la session fromage pour cause de putain de grosse raclette la veille et de « pas assez de place dans l’estomac », nous sommes alors passés aux deux desserts « imposés » du menu. Nous avons tout d’abord eu droit  à une madeleine, mascarpone & coulis de je ne sais plus quel fruit, puis une assiette de mirabelles chaude et de glace vanille à partager à deux. Les desserts étaient un peu simples, mais les mirabelles étaient bienvenues pour faire un peu couler.

photo 4

photo 5

Globalement, j’ai trouvé le repas gourmand et très bon. J’ai adoré les plats « principaux » mais j’ai trouvé les desserts un peu trop « simplistes ». Au niveau de l’ambiance, c’était assez calme et chaque table pouvait s’entendre discuter tranquillement ce qui était agréable. Contrairement à Joris Bijdendijk, le chef Jean Imbert ne se ballade pas vraiment dans la salle pour aller à l’encontre de ses clients. En revanche, il est très actif sur Twitter et surveille bien ce qui se dit sur l’Acajou en temps réel :)

Capture

J’ai également pu dîner à quelques mètres de Patrice Laffont ce soir là, et ça, ça n’a pas de prix. En ce qui concerne la note, pour deux nous en avons eu pour 160€ avec donc les deux menus, un verre de vin par tête et un seul café. Ce qui, soyons francs, n’est pas donné si l’on compare à tout ce que l’on avait pu manger au Bridges qui, pour le coup, est plus axé produits de la mer. Pour ceux qui souhaiteraient tester et s’en mettre plein dans leurs petits bidons, sachez que j’ai réservé seulement une semaine à l’avance, donc pas la peine de stresser pour la place.

Infos pratiques :

35 Rue Jean de la Fontaine, 75016 Paris
01 42 88 04 47
Horaires d’ouverture :
Ouvert du lundi au vendredi de 12:30 à 14:30 puis de 19:30 à 22:30, le samedi de 19:30 à 22:30.
Fermé le dimanche.
Site web