Guilo Guilo, la cuisine nippone à Paris

CaptupppreEt oui, je vais une fois de plus vous parler d’un restaurant japonais parisien ! A défaut de pouvoir aller déguster ces petites merveilles sur place (bientôt, bientôt), autant essayer un peu ce que la capitale nous propose. Cette fois, il s’agit de Guilo Guilo, un restaurant traditionnel un peu classieux situé dans le 18ème arrondissement.

Pour vous poser les bases, pour aller manger chez Guilo Guilo, il faut absolument réserver. Et quand je vous parle de réservation, il ne s’agit pas du jour au lendemain non, prévoyez plutôt un mois pour avoir une place. Pour ma part, j’ai eu un petit coup de bol j’ai appelé juste après un désistement et je n’ai donc eu à attendre qu’une seule petite semaine pour avoir mes 2 places. Et devant le chef, s’il vous plait (pensez à le préciser lors de la réservation, le spectacle est quand même vachement plus sympa).

Sachez également que le système de réservation est très formel. Tout d’abord, vous devez choisir une session parmi deux possibles : une à 19h ou une à 21h30. Aucun retard ne sera autorisé et il vous faudra envoyer un sms pour bien confirmer une fois de plus votre présence la veille. Vous recevrez alors un contre SMS de confirmation de votre propre confirmation pour être sûr que tout est bien validé. Le menu est unique, à 45€ et varie tous les mois. Il se compose environ de 6 ou 7 plats dont 1 dessert (sans boisson excepté de l’eau).

devanture

Une fois sur place, le restaurant n’est pas très grand et se présente sous forme de comptoir carré placé autour du chef et de ses assistants, qui préparent sous nos yeux. A noter que pour profiter de la présence du vrai chef, Eiichi Edakumi, il vous faudra venir un mois pair. Là, c’était juillet, mauvaise pioche mais, comme on dit, ça fera une bonne occasion d’y retourner (surtout que ce chef là était très sympa).

Etant donné que j’ai pu profiter du désistement de deux personnes, je n’ai pas eu le choix sur l’horaire et nous avons donc du prendre la session de 19h. Et là, autant vous dire que 19h c’est tôt. Après m’être préparée psychologiquement pendant une semaine, après avoir quasi jeûné le midi pour être sûre d’avoir bien faim le soir, j’avais tout de même l’impression que c’était l’heure du goûter et non du dîner. Mais bon, je savais qu’une fois en place, j’allais quand même tout dévorer. Il est donc 18h50 et nous sommes les premiers à nous installer (oui la fille m’avait mis la pression au téléphone : « pas 19h, pas manger hein ! »). Nous sommes pile devant le chef (on ne peut mieux), et la musique de Kyary Pamyu Pamyu en fond place tout de suite le décor.

Nous commençons donc avec une bière, le rituel, en attendant le reste des gens qui arrivent au compte goutte. Par contre je balance mais y en a qui sont arrivés en retard et qui ont quand même mangé. On ne m’aura plus.

Guilo Guilo Paris

A 19h c’est parti, on peut enfin voir ce que ce Guilo Guilo à dans le ventre. Le chef, dont j’ignore le nom, commence par nous servir une sorte de gazpacho à la japonaise, bien frais. Il se compose donc d’une soupe à la tomate, de crabe, concombre et caviar japonais. Un régal, surtout qu’il faisait très chaud dehors. Pile ce qu’il me fallait comme mise en bouche. Puis, nous avons eu droit à une assiette de mises en bouche se composant entre autre (oui je me souviens pas du nom de tout, j’étais trop concentrée sur le moment où ça allait atterrir dans ma bouche) d’un maki de pomme de terre, une feuille d’artichaut agrémentée d’un petite touche épicée (mais pas piquante), d’edamame, etc. Vous pouvez tout admirer sur la photo, ce sera plus simple. Sachez juste que c’était délicieux.

photo 4

Nous avons ensuite dégusté une soupe de champignons (NaNaNa な な なめこ♪) avec moultes suprises gustatives à l’intérieur avant la petite salade de maïs cuite en tempura saupoudrée de feuilles de Nori. Est ensuite arrivée un petit ramequin avec des sashimis de saumon, que j’ai tout de suite englouti tellement le poisson était frais.

photo 30

photo 20

Et là. Le fatal combo de l’orgasme culinaire. Le plat que tu as envie de manger à l’infini. En tonneaux. J’ai nommé « la poitrine de porc surmontée d’un sorbet au bouillon de porc, trempée dans un jus de porc ». DU PORC DONC. Cette petite touche froide de sorbet était magique. Le porc dément. D’ailleurs je m’imagine très bien en déguster sur la plage dans un cornet. Le chocolat c’est surfait.

photo 40

 Après cette phase très porcelette, retour aux choses un peu plus légères et saine et donc aux sushis. Le chef nous a servi 3 sushis (un de crevette, un d’omelette et un de thon), des aubergines frites et une crevette en brochette. Que du bonheur, pour faire couler.

photo 50

Avant le dessert, on vous demande si vous désirez deux sushis supplémentaires au foie gras (pour 8€ qui s’ajoutent au 45€ du menu). Je ne les ai pas goûté pour être certaine d’avoir assez de place pour le dessert mais à les voir passer devant moi, je dois vous avouer que j’ai un peu regretté. Au niveau de la touche sucrée finale, nous avons eu droit à un petit plateau concept en éventail avec trois miniatures : une boule de glace aux légumes salés (incroyablement étonnante et délicieuse), un cheesecake avec du tofu et une barque en biscuit avec je ne sais plus trop quoi dessus. Peu importe ce que c’était, mais c’était bon. Très bon même. Nous avons également été conseillés tout le long du repas sur la boisson et nous avons ainsi dégusté un verre de saké et un umeshu (la vie), histoire de bien faire passer les plats qui défilaient au fur et à mesure.

photo 12

photo 11

Alors oui, je n’ai pas été capable de vous décrire réellement la moitié des plats que j’ai mangé, de vous faire rêver avec les ingrédients ou encore de vous bombarder de photos haute résolution, mais sachez que Guilo Guilo vaut vraiment le détour. Le cadre est sympa, c’est frais, les alliances de saveurs sont souvent créatives et le prix (45€ je le répète) n’est pas une barrière quand la qualité est au rendez-vous et c’est ici le cas. Evidemment on ne peut se permettre ce genre de folie tous les soirs, mais il faut essayer. Et vu que je suis sympa, je vous mâche même un peu le travail alors foncez !

Site internet Guilo Guilo
Adresse : 8 Rue Garreau, 75018 Paris
Téléphone : 01 42 54 23 92
Prix minimum : menu 45€