Le Trianon Palace de Gordon Ramsay, une expérience mémorable

CaptureAu cas ou vous n’auriez pas remarqué (malgré tous les articles de bouffe que je poste), j’aime beaucoup manger. Surtout quand il s’agit de bonnes choses et de restaurants qui valent le détour. Pour mon anniversaire, j’ai eu droit à une deuxième étape (après le Saint James), et pas des moindres : un passage chez l’une de mes idoles, le grand Gordon Ramsay. Cela faisait un moment que je voulais mettre les pieds dans son établissement situé à Versailles et, cette fois je peux dire que je l’ai fait ! Voici donc ce que j’ai pu y déguster.

Nous nous sommes donc rendu à Versailles un samedi midi, courant du mois de mars, et le temps était plutôt clément. Ce qui, pour le coup, était fort agréable vu que notre table donnait sur la terrasse du Trianon, côté chèvres.

photo 3(1)

Dès les premiers instants, on réalise bien que nous sommes chez Gordon Ramsay : le premier panneau de l’entrée nous le précise en gros, en lettres capitales. Une fois à l’intérieur, Versailles oblige, on peut apprécier un cadre historique : luxueux certes mais qui reste à la fois simple et très raffiné. Avec 2 Etoiles Michelin au compteur, autant vous dire que les nappes sont bien repassées, et que le personnel est au petits soins dès qu’on a franchi la porte d’entrée.

photo 2

Une fois installés, nous avons décidé de commencer le repas par un verre de vin blanc, et le serveur nous a apporté un petit panier de gressins, a tremper dans de l’huile d’olive et/ou du vinaigre. Déjà, à ce moment là, vu le goût de l’huile d’olive, on sent qu’on ne se fout pas de notre gueule. Au niveau de la carte, sont proposés des plats à l’unité (je ne pourrais pas vous dire les prix exacts, je ne les avais pas sur ma carte de fille), un menu dégustation ou encore un menu déjeuner. Nous avons opté pour ce dernier,  plus abordable et moins lourd que le menu dégustation. Pour 90€, il se compose donc d’amuse-bouche, d’une entrée au choix, d’un plat au choix, d’un dessert au choix et de quelques bricoles entre deux, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

photo 4

Après nous avoir proposé du pain (à choisir parmi pain aux olives, pain baguette ou un autre que j’ai oublié), est arrivé un serveur préposé au beurre. Nous avons donc choisi les deux sortes exposées (à savoir salé et non salé), tant qu’à faire, et c’était dingue gustativement parlant. Et, au passage, je respecte le mec qui a pu le mouler devant nous de cette façon. C’était tellement bien fait que je n’ai pas osé le manger tout de suite de peur de casser la déco.

photo 4(2)

Sont ensuite arrivées les amuse-bouche, qui avouons-le, étaient tout aussi ouffissimes. Cela fait un petit  moment maintenant, je ne me souviens plus tellement de la description exacte mais mon palais se souvient très bien que ces mises en bouche à elles seules valaient le détour.

photo 3(3)

photo 5(2)

Comme on est un peu gourmands, et qu’on a souvent les yeux plus gros que le ventre, on a également commandé en supplément une entrée à partager à deux. Nous avons opté pour le « thon jaune aux parfums de forêt, pressé de foie gras, trompettes de la mort, sucrine croquante et pain toasté à l’orange ». Sur le papier, tous ces ingrédients mettent déjà l’eau à la bouche. Et quand le plat est arrivé nous étions un peu comme Toriko lorsqu’il est affamé.

Toriko-and-One-Piece-17

Et vu que nous étions tout de même dans un restaurant classe et élégant, bien évidemment on ne nous a pas posé l’entrée au milieu de la table pour manger comme des malpropres à deux dans une assiette. Nous avons eu droit à une seule portion, mais divisée dans deux assiettes comme le montre la photo :

photo 1(2)

Le mélange de thon et de foie gras peut paraître étonnant mais ça fonctionne parfaitement bien. Pour un premier plat, j’ai été plus que satisfaite visant peut-être même à le faire figurer dans mon « Full Course Menu« . Puis, est arrivée la seconde entrée, la vraie, celle prévue dans le menu d’origine. Pour ma part, j’ai choisi le « raviolo au cabillaud mariné à l’huile d’orange et de safran, carpaccio de choux fleurs et sauce légère », qui était également très bon.

photo 2(2)

Pour le plat principal, étant donné que je n’avais jamais de goûté de saint-pierre, c’était une bonne occasion. j’ai opté pour le « filet de saint-pierre poêlé, fricassé de cèpes, vinaigrette au basilic ». Sans regret d’ailleurs, le poisson était parfaitement cuit et les cèpes étaient incroyablement bons (oui je sais je mets plein d’adjectifs exagérés mais rien que d’en reparler, tous les goûts reviennent dans ma bouche et je bave un peu).

photo 3(2)

A ce stade, nous étions déjà bien remplis mais comme on dit, il faut toujours finir son repas sur une note sucrée et donc sur un dessert. En tant que grande gourmande et amatrice de chocolat, mon choix s’est immédiatement porté sur le « chocolat croustillant au parfum de cacao amer, parfait glacé à la fève de Tonka ». Je pense qu’au niveau du visuel, on a atteint la perfection ! C’est vraiment celui qui m’a le plus plu. Le goût quand à lui était tout aussi excellent et même si mon ventre me disais d’arrêter, je ne pouvais en gâcher une miette.

photo 5(1)

Je vous mets quand même l’autre dessert, pour les plus curieux : « Ile flottante glacée à la mandarine, bille de poire caramélisée au Calisson » ainsi que le second dessert, sorbet au yuzu, qui est arrivé par surprise.

photo 1(1)

 photo 4(1)

Nous avons, pour finir, eu droit à un café avec des sucreries au choix : fraise tagada maison, chocolat noir, chocolat au lait, dragées, bonbons divers et variés. A savoir que ce n’est pas Gordon Ramsay qui a cuisiné pour nous (et c’est bien dommage, j’aurais bien aimé faire ma photo de groupie), mais Simone Zanoni, son fidèle collaborateur. En effet, après avoir été chef de cuisine au GORDON RAMSAY*** de Londres en 2003,  il a collaboré pendant 4 ans avec Gordon et est maintenant chef de cuisine au Trianon de Versailles depuis 2007.

Finalement le Trianon tient bien ses promesses : un cadre élégant, un service impeccable et attentif, une cuisine exceptionnelle, c’est un vrai bonheur gastronomique. Le menu à 90€ est sûrement le meilleur rapport qualité-prix. Pour 90€, pouvoir profiter d’une cuisine de ce genre est plutôt appréciable, surtout qu’on ressort le ventre bien rempli (tips: une balade au château juste à côté pourra même vous aider à digérer). Cette expérience était parfaite, et la prochaine fois, j’espère pouvoir tester la « table du chef », quand j’aurais gagné au Loto. Ou encore tester celui de Londres pour lequel il faut réserver des mois à l’avance :)

photo 2(3)

Infos pratique

1, boulevard de la Reine, 78000 Versailles
Horaire d’ouverture: Déjeuner : de 12h à 14h (vendredi et samedi)
Dîner : de 19h à 22h (sauf dimanche et lundi)
Fermeture du restaurant : Mois d’Août
Réservation possible en ligne sur leur site